Pour rester dans l'ambiance du mot précédent, voici rapidement le thème de ma garde d'hier : grossesse ou pas grossesse ?

    A toutes les femmes jeunes en âge de procréer que j'ai vues, j'ai prescrit des ßHCG (hormone de la grossesse) : 2 d'entre elles sont venues pour malaise vagal avec vague douleur abdominale.
La hantise de chaque médecin, de chaque urgentiste, de chaque gynéco, et aussi un zéro pointé à la copie d'internat : la grossesse extra-utérine (GEU). Comme je n'avais quasiment rien à me mettre sous la dent quand je les examine, je décide de prescrire dans mon bilan : ßHCG, ça suffira. Et un petit électrocardiogramme, juste parce que c'est médico-légal quand quelqu'un vient aux urgences pour malaise.
   
    Et enfin, la 3e, qui vient pour céphalées un peu foireuses, d'apparition progressive, de type non migraineuses... avec un retard de règles, un désir de grossesse et tous les signes avant-coureurs de grossesse (tension mammaire, nausées...).
Et là, enfin, j'ai pu annoncer une bonne nouvelle.
Y'a pas à dire, ça fait du bien d'annoncer de temps en temps des bonnes nouvelles à nos patients.