Un nouveau Noël passé à l'hôpital, mais cette fois-ci dans un service de pédiatrie, avec une ambiance probablement plus chaleureuse que dans les autres services.
Des dessins sur les murs, des sapins de Noël avec des cadeaux, des lutins déguisés en vert ou rouge, de la musique, des concerts, des goûters... et surtout le père Noël. En personne ! Venu rendre visite les enfants malades le matin du 25 décembre. Mais en tant que personnel soignant adulte et responsable, sensé ne plus croire à cette utopie enfantine, cette venue réchauffe un peu le coeur en ce jour spécial, normalement dédié à la famille.

    Un week-end de folie, avec beaucoup de travail, beaucoup d'enfants hospitalisés, d'enfants à hospitaliser, d'enfants à faire sortir pour faire de la place coûte que coûte pour la multitude d'enfants à garder.
Enormément de paperasse, de papiers administratifs pour gérer toutes les hospitalisations.
Des enfants à examiner, soigner, et des parents à rassurer. Parents qui ont l'air plus mal en point que leur gamin à la perspective de passer Noël dans le doux service de pédiatrie.

    Un week-end fatiguant, où mes astreintes qui ne sont à assurer que le matin ont débordé jusqu'à 17h. Mais tellement de choses à faire ! Je ne me voyais pas bâcler mon travail pour tenter de rentrer plus vite chez moi. Je suis là, j'assume. Même si c'est difficile parce que c'est Noël, et que j'aimerai ne pas avoir à être là. Mais moi au moins, j'ai la chance de pouvoir rentrer chez moi pour la soirée, ce qui n'est pas le cas de tous les enfants que je vois.
Des bronchiolites chez des nourrissons, des infections materno-foetales chez 2 nouveau-nés d'à peine 3 semaines de vie, des gastro-entérites avec des pertes de poids atteignant 12%...

    Et un week-end qui se termine par une réquisition de vaccination le dimanche après-midi.
La réquisition commence bien, avec un centre qui doit ouvrir ses portes à 15h, mais faute de trouver les clés, qui n'ouvrira qu'à 16h.
36 personnes vaccinées en 2h30. Essentiellement des enfants, peu d'adultes.

    Un week-end intéressant, mais éreintant. Et qui se poursuit par - heureusement ! - quelques jours de repos bien mérité.

    Meilleurs voeux à tous !