Je tend délibérément le bâton pour qu'on me fouette avec. Peut-être que j'aime ça, je n'en sais rien.
Tous mes collègues internes doivent être dans la même situation que moi, à toujours se prendre une grosse baffe sur une joue, et pourtant de tendre avec enthousiasme l'autre joue.
Sado-maso les jeunes médecins ?
A la recherche de fortes sensations physiques ?

    Ou alors au sens figuré. A toujours se faire avoir, se faire utiliser, exploiter. Mais avec le sourire, parce que de toute façon on n'a pas le choix, donc autant rendre les choses agréables.

    On est dans une profession où les capacités adaptatives de chaque individu doivent être surdéveloppées. Ne jamais savoir à quoi s'attendre, tel est notre quotidien.
Vais-je dormir chez moi ce soir ? Ou non, parce que j'avais oublié que j'étais de garde ?
Etre toujours en forme, le jour et la nuit, les week-ends et jours fériés pour recevoir tout et n'importe quoi aux urgences. Des consultations tranquilles, ou alors l'énorme urgence vitale.
De la constance, et de la consistance.
Aller en cours poser ses fesses sur une chaise pendant des heures, et découvrir des cours nouveaux, surgissant de nulle part, ruinant un emploi du temps où subsiste une part minuscule pour sa vie sociale.

    J'en ai juste MARRE de devoir tout le temps m'adapter à tout. Aux patients, aux heures, aux diagnostics, aux humeurs des chefs, aux caractères parfois bizarres des collègues, aux cours, aux tuteurs et à des secrétaires un peu débiles qui "oublient" d'envoyer un mail pour prévenir les étudiants.
C'est vrai, voyons, c'est stupide de tenir les gens au courant ! Ils n'ont pas de vie sociale de toute façon, donc ils n'ont que ça à faire de venir au cours surprise !

    J'envie les gens qui savent ce qui les attend au boulot le matin en arrivant.
Je sais, ce soir je parle un peu sous le ton de la colère et de la frustration, mais quand bien même.
On a une des rares professions où tu ne peux pas prévoir un dîner ou un ciné avec des amis à l'avance, parce qu'on est toujours soumis à cette loi d'adaptation et d'imprévu.
C'est chiant.